Home / Les dernières actualités / Argelès : 4 roms massacrent un poney au couteau

Argelès : 4 roms massacrent un poney au couteau

Le Libre Panzer
Démocratie Participative
26 novembre 2019

Des « Roumains ».

Le Midi Libre :

Les faits se sont produits dans la nuit de samedi à dimanche à Argelès. Quatre personnes sont en garde à vue.

C’est une scène d’horreur qui se serait déroulée dans un camping argelésien dans la nuit de samedi 23 à dimanche 24 novembre. Au moins quatre personnes d’origine roumaine, logées dans un mobile-home, auraient battu et poignardé un poney.

Barak, le petit Shetland, si sociable, est mort sous les coups. Le constat dressé par le vétérinaire est accablant : « Ce poney est mort à la suite d’actes d’une barbarie extrême et des coups d’une grande violence« .

Selon les informations de L’Indépendant, c’est en pleine nuit que quatre individus auraient extrait d’un pré voisin clôturé, appartenant à un particulier, cet animal âgé de 11 ans. Selon les premiers éléments de l’enquête, ils auraient traîné la pauvre bête jusqu’à leur emplacement dans le camping, puis ils l’auraient battue à mort avant de l’achever de plusieurs coups de couteau. Ce sont d’autres ouvriers logés à proximité, qui ont prévenu les gendarmes.

Les militaires se sont rapidement rendus sur place et ont constaté le massacre.Toujours selon les informations de L’indépendant, deux des personnes impliquées avaient déjà pris la fuite, elles ont été interpellées quelques heures plus tard, juste avant la frontière espagnole.

Alertées, la propriétaire du poney et l’une de ses amies sont consternées : « C’est inimaginable, ce poney paisible, qui était extrêmement sociable, est mort dans d’atroces souffrances. C’est un acte de cruauté inqualifiable. Il faut que les auteurs de cette barbarie soient punis ».

Ce lundi soir, les quatre individus étaient toujours en garde à vue à la gendarmerie d’Argelès, et l’enquête toujours en cours selon le commandant de brigade.

Comme le dit le journaliste juif Claude Askolovitch, ne tirons pas de conclusion trop tôt à propos de ces nomades innocents.