Home / Les dernières actualités / Japon : un clandestin kurde réclame des « dommages et intérêts » au gouvernement pour avoir traité son cancer des couilles un peu trop lentement

Japon : un clandestin kurde réclame des « dommages et intérêts » au gouvernement pour avoir traité son cancer des couilles un peu trop lentement

Captain Harlock
Démocratie Participative
27 novembre 2019

Les kurdes seraient donc des bougnoules comme les autres ?

The Japan Times :

Un Kurde de 26 ans a porté plainte contre le gouvernement japonais mardi, affirmant qu’il n’avait pas été soigné pour un cancer alors qu’il se trouvait dans un centre de détention au nord-est de Tokyo.

L’homme cherche à obtenir environ 8 millions de yens [66,000 euros] de dommages-intérêts dans le cadre d’une action en justice, dans laquelle il affirme que le Centre de contrôle de l’immigration du Japon oriental à Ushiku, dans la préfecture d’Ibaraki, ne lui a pas permis de voir un médecin en dehors de l’établissement malgré des douleurs constantes dans le bas-ventre de son corps.

Après avoir obtenu une libération provisoire en septembre, il a appris qu’il était atteint d’un cancer des testicules et a subi une opération plus tard dans le mois.

« Je me suis plaint de douleurs plusieurs fois par jour, mais ils n’ont pas répondu à mes protestations », a déclaré l’homme lors d’une conférence de presse à Tokyo après avoir déposé le procès devant le tribunal de district de Tokyo.

La plainte allègue que l’homme a été vu par un médecin au centre après s’être plaint d’un mal de ventre en mai de cette année. Le médecin a dit qu’il devait être vu par un autre médecin à l’extérieur du centre de détention en raison d’une maladie non identifiée, mais l’homme dit que le centre n’a pris aucune autre mesure. Dans une tentative désespérée, il a entamé une grève de la faim en août et a obtenu une libération provisoire le 5 septembre.

L’homme est arrivé au Japon en 2012 et était détenu au centre depuis 2016. En tant que ressortissant turc, il demande le statut de réfugié car il craint d’être persécuté s’il devait rentrer chez lui.

L’Agence des services d’immigration a déclaré qu’elle examinerait le cas et qu’elle répondrait de façon appropriée une fois la plainte reçue.

Les kurdes, comme leurs congénères du bougnoulistan en général, apportent une vraie valeur ajoutée partout où ils vont : frais de détention, soins exorbitants pour leurs couilles et enfin procès et « dédommagements » pour les contribuables qui traînent des pieds.

Bernard-Henri Lévy m’aurait menti ?