Home / Décryptage / Mort du démon juif Noel Ignatiev qui théorisait le génocide des Blancs pour assurer la victoire communisme

Mort du démon juif Noel Ignatiev qui théorisait le génocide des Blancs pour assurer la victoire communisme

Le Libre Panzer
Démocratie Participative
12 novembre 2019

Le révolutionnaire juif américain Noel Ignatiev est mort à 78 ans.

Il est l’un des théoriciens du discours antiblanc officiel repris par tous les médias occidentaux depuis l’élection de Donald Trump en 2016.

Cet article de 2002 revient sur la parution de son livre intitulé « Abolir la race blanche, par tous les moyens nécessaires ».

The Washington Post :

Noel Ignatiev, fondateur de la revue « Traître à la Race » et membre du W.E.B. DuBois Institute de Harvard, un important département d’études noires, affirme dans le dernier numéro du Harvard Magazine que « l’abolition de la race blanche » est « si souhaitable que certains peuvent avoir du mal à croire » que seuls les « tenants de la suprématie blanche » y serait opposé.

Dans des extraits parus cette semaine dans des journaux nationaux, M. Ignatiev, qui est blanc, écrit que « tous les groupes de l’Amérique blanche, y compris les syndicalistes, les groupes ethniques, les étudiants, les enseignants, les contribuables et les femmes blanches » ont à un moment ou à un autre « fait valoir leurs intérêts particuliers et étroitement définis aux dépens des Noirs comme race ».

M. Ignatiev promet dans son essai que son journal, « Traître à la Race », a l’intention de « continuer à frapper les hommes blancs morts et les vivants, ainsi que les femmes, jusqu’à ce que la construction sociale connue sous le nom de « race blanche » soit détruite non pas « déconstruite » mais détruite ».

Il s’agit bien de la théorisation du génocide des Blancs aux États-Unis.

Ses collègues de Harvard ne semblent pas prendre sa proposition au sérieux. D’autres citent l’article comme un exemple du racisme institutionnel de Harvard.

Sara Stillman, assistante de l’éditeur de Harvard Magazine, dit qu’il y a clairement un « malentendu » sur ce que M. Ignatiev entend par ce langage incendiaire.

Interrogé en 1997 par le New York Times pour savoir s’il déteste sa propre peau blanche, M. Ignatiev a répondu : « Non, mais je veux abolir les privilèges ».

Le journal juif New York Times pratiquait ironiquement la c’houtzpah : les juifs ne se considèrent pas comme des Blancs mais comme un peuple nomade d’Orient.

« La race blanche est comme un club privé basé sur l’énorme supposition que tous ceux qui ont l’air blanc, quelles que soient leurs plaintes ou leurs réserves, sont fondamentalement loyaux envers la race. Nous voulons dissoudre ce club, le faire exploser« , a-t-il dit.

Il y a un club racial privé tout puissant en Amérique goy : les Blancs !

Christopher Reed, rédacteur en chef du Harvard Magazine, a défendu ce que M. Ignatiev a écrit dans le numéro de septembre-octobre. « Il s’oppose à l’état d’esprit et à l’attitude qui accordent automatiquement des privilèges aux Blancs et il veut plus d’équité « , a déclaré M. Reed dans une déclaration.

Le bureau des affaires publiques de l’université a dit qu’il n’avait aucun commentaire.

M. Ignatiev, un ancien métallurgiste et militant marxiste qui a obtenu un doctorat à Harvard, n’a pas pu être joint pour obtenir un commentaire. Mais il écrit sur ce qu’il croit sur le site Web de « Traître à la Race », dont la devise est : « La trahison à la blancheur est la loyauté envers l’humanité. »

« La clé pour résoudre les problèmes sociaux de notre époque est d’abolir la race blanche, ce qui signifie ni plus ni moins que l’abolition des privilèges de la peau blanche. Tant que cette tâche ne sera pas accomplie, même une réforme partielle s’avérera insaisissable, car l’influence des Blancs imprègne toutes les questions, nationales et étrangères, dans la société américaine « , indique la déclaration d’objectif de la revue.

« L’existence de la race blanche dépend de la volonté de ceux qui lui sont affectés de placer leurs intérêts raciaux au-dessus de la classe sociale, du sexe ou de tout autre intérêt qu’ils ont. La défection d’un nombre suffisant de ses membres pour le rendre peu fiable en tant que prédicteur de comportement conduira à son effondrement. »

Voilà un discours qui nous rappelle des choses promues récemment par le magazine Buzzfeed, propriété du juif Jonah Peretti.

Dans l’essai paru dans Harvard Magazine, M. Ignatiev dit qu’il s’attendait toujours à ce que les « gens qui pensent encore à la race comme à la biologie » soient « déconcertés » par ses opinions.

Nous recevons fréquemment des lettres nous accusant d’être des  » racistes  » tout comme le KKK, et nous avons même été qualifiés de  » groupe haineux « , écrit-il.

M. Ignatiev a grandi dans une famille de Philadelphie qu’il dit dépourvue de préjugés raciaux. Enfant, il nageait dans une piscine communautaire gratuite, où il était le seul client blanc. Il dit que ses parents ont refusé de payer des frais de 1 $ conçus pour garder les autres piscines publiques entièrement blanches.

La famille d’Ignatiev est devenue antiraciste parce qu’elle radin.

Les parents de M. Ignatiev, des immigrants juifs de Russie, n’ont pas fait d’études supérieures, mais il a fréquenté l’Université de Pennsylvanie, abandonnant après trois ans. Il a travaillé dans une aciérie de Chicago et dans des usines de fabrication de matériel agricole et de pièces électriques pendant deux décennies. À l’aciérie, il a aidé à organiser des grèves et des protestations de la main-d’œuvre majoritairement noire.

Il a été licencié de l’aciérie en 1984, un an après avoir été arrêté pour avoir lancé une bombe de peinture sur la voiture d’un briseur de grève. Il a créé des groupes de discussion marxistes au début des années 1980. En 1985, M. Ignatiev a été accepté à la Harvard Graduate School of Education sans diplôme de premier cycle. Après avoir obtenu sa maîtrise, il s’est joint à la faculté de Harvard à titre de chargé de cours et a travaillé à l’obtention d’un doctorat en histoire des États-Unis.

Ci-dessous un extrait vidéo d’Ignatiev dans lequel il dit que le seul fait d’avoir la peau blanche est « une forme d’oppression raciale ».

C’est pour résoudre cette « oppression », les révolutionnaires juifs appellent au génocide des Blancs. C’est mensonger. Leur véritable but est d’établir une tyrannie juive sur l’extermination de centaines de millions de Blancs.

« Ne vous y trompez pas, nous avons l’intention de continuer à frapper les hommes blancs morts, et les vivants, et les femmes aussi, jusqu’à ce que la construction sociale connue sous le nom de « race blanche » soit détruite. Non  » déconstruit  » mais détruit. »

— Noel Ignatiev, Traître à la Race